Fil d'actus
Accueil > Non classé > Adaptations : les raisons du succès

Adaptations : les raisons du succès

 

adaptation-litterarire

Adapter une œuvre littéraire est un défi que semblent prêts à relever de nombreux réalisateurs et auteurs. Au cinéma, au théâtre, sur le petit écran, en opéra, en ballet,…les formes d’adaptations sont infinies. Zoom sur trois œuvres

Sherlock Holmes

Mythique détective créé en 1887 par Sir Arthur Conan Doyle, alors médecin, il est le personnage de fiction le plus représenté au cinéma, avec près de 260 apparitions sur grand écran. Ce génie du crime londonien fascine depuis sa création. Publié dans leStrand Magazine, son succès dépasse son auteur, qui décide de tuer son personnage en 1893. Sous la pression des lecteurs, Doyle « ressuscite » le détective en 1901, et publie son roman le plus connu, Le Chien des Baskerville, tout en précisant que l’action se déroule avant La Chute de Reichenbach, avant la mort du héros.
Les adaptations au cinéma commencent dès 1900, avec le film muet Sherlock Holmes Baffled  d’Arthur Marvin. La dernière date de 2011, Sherlock Holmes : Jeu d’ombre,  réalisé par Guy Ritchie avec Robert Downey Jr et Jude Law dans les rôles de Holmes et Watson.
Pourquoi ça marche ?
Sherlock Holmes est intelligent, mais surtout, c’est une drama-queen. Mises en scène, déguisements, tout est bon pour résoudre les mystères qu’on lui soumet. Sa tenue est d’ailleurs connue de tous : un deerstalker, une pipe, un manteau tartan, le tout arrosé d’une bonne dose d’accent britannique dans un Londres victorien, et c’est la recette du succès.
Aujourd’hui, ils sont plus d’une trentaine à avoir incarné le détective sur grand et petit écran, sans compter les dessins animés et les pièces de théâtre.
Si vous aimez les adaptations contemporaines et si la frustration ne vous gêne pas, alors vous aimerez Sherlock, de Mark Gatiss et Steven Moffat. Avec trois épisodes tous les deux ans, Tumblr sera votre meilleur allié pour pallier le manque.
Outre-Atlantique, Johnny Lee Miller incarne un Sherlock décalé, junkie tatoué, accompagné d’un Watson pour le moins différent, puisque John est devenu Joan, portée par la talentueuse Lucy Liu. La saison 4 d’Elementary est en cours, ce qui devrait ravir les plus impatients.

Alice au pays des merveilles

Alice, c’est un peu la petite sœur de tout le monde. Elle est gentille, mignonne, elle parle aux fleurs et aux animaux, et en plus, elle a un chat. Mais voilà, Alice est, à la base, une petite fille réelle, Alice Liddell, amie de l’auteur Lewis Carroll. Lors d’une balade en barque, la petite fille demande à Carroll de lui raconter une histoire, qui deviendra Aventures d’Alice sous Terre. La petite fille, devenue grande, en gardera la copie originale toute sa vie, jusqu’au moment où des problèmes financiers l’obligeront à s’en séparer.

Pourquoi ça marche ?
Alice aux Pays des Merveilles est aujourd’hui un incontournable. Dès le début, le livre a rencontré un franc succès. C’est une œuvre décalée et pleine d’esprit, comme en témoigne les nombreux jeux de mots, et elle s’adresse autant aux enfants qu’aux plus grands. Visuellement, c’est attrayant : des illustrations accompagnent la plupart des éditions et certains passages sont mis en page de façon à illustrer ce que vit Alice. Alice laisse place à une grande interprétation. Walt Disney en a fait un dessin animé – légèrement glauque à y regarder de plus près – très coloré et qui plaira aux enfants. Plus récemment, Tim Burton en a fait un film qui nous en met plein les yeux, mais qui ne se sert de l’histoire de Carroll que comme une background storypuisqu’Alice est maintenant une jeune fille de 19 ans.
Le succès d’Alice n’a pas vacillé depuis sa première publication. Le Salon du livre jeunesse 2015 lui a d’ailleurs consacré une exposition, mettant à l’honneur les nouvelles éditions illustrées.
Pour les amoureux du côté sombre d’Alice, les illustrations de Rebecca Dautremer sauront vous combler. Pour ceux qui ont grandi avec les Moumines, c’est l’œuvre de Tove Jansson qu’il vous faudra avoir. Et pour les excentriques, il y a toujours les illustrations de Salvador Dali.

Les Misérables

En France, nous ne sommes pas en reste. Victor Hugo a eu le génie – et le courage – d’écrire Les Misérables, l’une des œuvres littéraires françaises les plus exportées à l’étranger, et que tout le monde se targue d’avoir lu jusqu’au bout. Mensonge éhonté.Cinq tomes, 513 000 mots, 2 000 pages (pour une édition poche en deux tomes), et beaucoup, beaucoup de personnages – personnellement, j’ai fait un arbre généalogique pour m’y retrouver, mais chacun fait comme il veut. Les Misérables, c’est 34 adaptions au cinéma entre 1907 et 2010, 11 adaptations télévisées, 6 dessins animés, 1 comédie musicale, et des adaptations au théâtre, des parodies, des mangas, des jeux vidéos.

Pourquoi ça marche ?
Plus qu’un drame familial (Fantine qui laisse Cosette chez les Ténardier et se coupe les cheveux pour se faire de l’argent, Jean Valjean qui va en prison pour avoir volé un pain dans le but de nourrir sa famille, Eponine qui aime Marcus, mais Marcus qui aime Cosette, Javert qui, lui, n’aime personne – on vous avait dit de prendre un papier et un crayon), Les Misérables s’inscrit dans un contexte historique assez récent pour les lecteurs d’alors, puisque l’histoire commence en 1815 et la publication a lieu à partir de 1862. Encore aujourd’hui, c’est une histoire qui parle aux lecteurs. L’injustice de la justice, la dénonciation des inégalités sociales, la misère d’un Paris révolté… autant de combats universels qui touchent tout le monde et qui réveillent un sentiment patriotique en chacun.
Il existe de nombreuses adaptations cinématographiques françaises et étrangères qui satisferont les cinéphiles. La dernière en date (2010) est l’adaptation de la comédie musicale (http://www.lecthot.com/article/adapation), réalisée par Tom Hooper, et au casting impressionnant. Vos enfants pourront également découvrir ce classique à travers l’animé japonais Les Misérables : Shôjo Cosette, sorti en 2012.

Nos classiques littéraires ont une belle vie devant eux. Les formats sont toujours plus divers et les adaptations toujours plus surprenantes. Que l’on soit puriste ou amateur de grands remaniements, il y en a pour tous les goûts.

Camille Cantenot

Commentaires :







Restons en contact !

Restons en contact !

Retrouvez le meilleur des dernières actualités, articles et interviews directement dans votre boîte mail ! 

Merci de votre inscription !