Fil d'actus
Accueil > Non classé > Assises Internationales du Roman : Les figures légendaires

Assises Internationales du Roman : Les figures légendaires

La conférence sur les « Figures légendaires » donnée Lundi aux Assises Internationales du Roman, a eu lieu après la rencontre avec Russell Banks, accueillant les écrivaines Nathalie Azoulai, récompensée pour son roman Titus n’aimait pas Bérénice (Prix Médicis 2014), Diane Meur, et son épopée symphonique La carte de Mendelssohn, et Nathalie Léger avec son roman Suppléments à la vie de Barbara Loeden.

Méfiance envers la légende

L’étymologie du mot légende est rappelée lors de l’ouverture de la conférence : legenda en latin signifie « ce qui doit être lu ». Les trois écrivaines évoquent une méfiance à l’égard de la légende, si ce n’est une défiance. La légende dans son étymologie a une dimension idéologique, car elle est le produit d’une société. Elle est liée dans l’imaginaire de Diane Meur à l’obscurantisme, au binarisme et à l’idéalisme du Moyen-âge. Les figures légendaires cristallisent une idée mais en tant que personnages elles ne disent pas l’homme. La figure légendaire ment sur sa nature, étant selon Nathalie Azoulai rien d’autre qu’ « une statue de marbre ». La lauréate du Prix Médicis a la volonté de faire tomber la légende, de briser les idoles, ou plus précisément « réhumaniser », « rendre la chair sous le marbre », tel qu’elle le fit avec Racine dans Titus n’aimait pas Bérénice.

Pour Diane Meur, la légende renvoie au monde du merveilleux, au monde de la croyance où le doute n’est pas permis. Le rejet de la légende correspond au refus d’une forme esthétique et éthique régulière, aussi lisse qu’une pierre polie. Les trois écrivaines sont en quête de la « beauté irrégulière », selon les termes de Nathalie Azoulai. Il faut « tordre le cou » (Nathalie Léger) à la légende pour que sa tête penche vers nous et nous regarde.

La légende précède le texte

La légende correspond au palimpseste de Genette, elle précède tout texte, elle est son origine car toute écriture nait d’abord d’une lecture. Diane Meur rêve, non sans une pointe d’utopie, d’une « écriture germinative » qui créerait son monde au moment où elle se dirait. Néanmoins, comme le rappelait la journaliste du Monde Florence Bouchy, La carte de Mendelssohn tire sa source de la figure légendaire du chef d’orchestre Félix Mendelssohn ainsi que du philosophe Moses Mendelssohn. Nathalie Léger prend quant à elle pour objet la légendaire actrice Barbara Loeden.

Comment fuir la légende ? Selon Nathalie Azoulai, toute confrontation avec la légende ne fait que la nourrir, même à travers le pastiche ou la parodie. La légende ne s’épuise pas, elle se recrée, change de forme, et ressuscite ailleurs.

Dans une très belle formule semblant faire écho à Proust et à Salman Rushdie, Nathalie Léger définit la légende comme une « vie tenue captive dans les plis d’un autre ». Et Nathalie Azoulai de renchérir « c’est une statue de marbre qui a une mémoire », car le légendaire ne désigne pas seulement ce qui a été tissé, mais surtout « celui qui transmet ».

Qu’apprend-on de la légende ?

Les trois auteures s’accordent à dire que le mystère est l’élément commun qui les a poussées à écrire sur une figure légendaire. La figure légendaire ou « iconique » comme le précise Nathalie Azoulai renferme derrière la statue, une vie ;  « la chair sous le marbre ». C’est cette chair que l’écriture aspire à rendre. Les figures légendaires inscrites dans le marbre des classiques disent encore notre monde moderne.

A travers l’écriture de Titus n’aimait pas Bérénice, Nathalie Azoulai a cherché à percer le mystère de Racine, lui insuffler une aura contemporaine, pour raviver la transmission de son œuvre. Procédé grâce auquel l’auteure affirme s’être « découverte elle-même », à l’image de son protagoniste féminin qui cherche à atténuer son chagrin d’amour par la relecture de Racine, malgré les siècles qui l’en séparent.

Mais alors, si les statues parlent, pourquoi les hommes se taisent ?

Mathis Goddet

 

Commentaires :







Restons en contact !

Restons en contact !

Retrouvez le meilleur des dernières actualités, articles et interviews directement dans votre boîte mail ! 

Merci de votre inscription !