Fil d'actus
Accueil > Non classé > Benoîte Groult : première auteure française

Benoîte Groult : première auteure française

Romancière, essayiste, journaliste et grande figure du féminisme, Benoîte Groult a présidé la commission de terminologie relative à la féminisation des noms de métiers, touchant le public avec des œuvres telles qu’Ainsi soit-elle ou La Touche étoile. Décorée de la Légion d’Honneur, elle a mené toute sa vie un combat pour transmettre ses valeurs de respect et d’égalité.

benoite-groult

Un nom bien porté 

Benoîte Groult est née le 31 janvier 1920 à Paris, d’une mère styliste et d’un père décorateur. Ces derniers attendaient alors un garçon et projetaient de le baptiser Benoît : leur première fille prend alors le nom de Benoîte. On l’appela cependant Rosie durant toute son enfance, car on estimait ce choix plus adapté à une jeune fille. Mais en devenant adulte, Benoîte décida de reprendre son prénom d’origine, qui selon elle reflétait beaucoup mieux sa personnalité : Rosie, avec son aura à l’eau de rose, ne convenait pas à son caractère coriace.

Jamais ne sera écrite la généalogie véritable de chaque humain, tissée de détours inouïs, fruit des hasards, des caprices ou des passions.

La Touche étoile (2006) Benoîte Groult

En effet, Benoîte n’a jamais adhéré aux stéréotypes assignés au genre féminin, tels que participer à des dîners huppés ou porter les jolies robes dessinées par sa mère. Tout le contraire de sa petite sœur, Flora Groult. Fervente féministe dès l’adolescence, Benoîte ne se souciait guère de son apparence. Ce comportement était sa manière de se révolter contre la pression sociale exigeant des jeunes filles qu’elles soient belles et trouvent vite un époux. Malgré cela, Benoîte entretenait de bons rapports avec sa famille : elle a rédigé le roman Journal à quatre mains avec sa sœur cadette et a remercié grandement sa mère de lui avoir insufflé son « goût forcené pour la vie ». Elle était aussi proche de son père, avec qui elle partageait son amour pour la Bretagne.

Une vie conjugale tumultueuse

Sans surprise, Benoîte n’a pas été pressée de se marier, au point d’en inquiéter sa mère. En outre, lorsqu’elle décide d’épouser le futur médecin Pierre Heuyer, le 1er juin 1944, le sort ne lui est pas favorable : ce dernier décède quelques mois plus tard, de la tuberculose. Mais Benoîte refuse de se laisser abattre. Après une romance sans suite avec un soldat américain (qu’elle évoquera sous les traits d’un marin dans Les Vaisseaux du cœur) elle épouse en 1946 Georges de Caunes, un journaliste charismatique. Après avoir eu deux filles ensemble, Benoîte constate le manque de présence et d’intérêt de son mari et décide de le quitter pour Paul Guimard. Avant cela, elle devra avorter dans des conditions terribles, décrites dans l’autobiographie Mon évasion, car elle refuse d’avoir un troisième enfant de Georges. Ils resteront cette fois-ci unis jusqu’au décès de Paul en 2004 et auront ensemble une autre fille. Son nouvel époux, auteur et journaliste d’un tout autre caractère, la plonge dans le monde de l’écriture.

La naissance d’une vocation

Des habitudes atypiques de sa jeunesse sont nées des convictions profondes. Dès la fin des années 50, avec le soutien de son mari et rapidement des éditeurs, Benoîte commence à publier des romans et essais défendant la cause des femmes. Elle lutte notamment pour le droit de choisir d’enfanter ou non, suite à ses propres expériences. Ses œuvres lui ont permis d’acquérir une certaine notoriété, et ont incité les femmes de son temps à s’assumer et se libérer. Mais l’auteure avait bien conscience que même après les événements de Mai 68, il faudrait encore se battre longuement pour la cause féminine. Elle affiche de surcroît ses convictions politiques, en étant proche, ainsi que son mari, de François Mitterrand.

Il a fallu cent ans pour effacer les discriminations les plus criantes entre les hommes et les femmes, mais qu’attend-on pour abroger celles qui restent ?

Ainsi soit-elle (1975) Benoîte Groult

Après presque dix ans dans l’ombre, elle resurgit en 2006 avec La Touche étoile, qui connaît un grand succès malgré la crainte des éditeurs que l’écrivaine soit tombée dans l’oubli entre-temps. Désormais, son combat s’orientera particulièrement vers le respect de la dignité des personnes âgés et « le droit de choisir sa mort ».

De nombreux hommages sont consacrés à Benoîte Groult : des films documentaires (Comme Une chambre à elle : entretiens avec Benoîte Groult, réalisé par Anne Lenfant), ou même une bande dessinée (Ainsi soit Benoîte Groult, de Catel, aux éditions Grasset). Son combat est aujourd’hui largement acclamé et respecté.

Jusqu’à la fin de sa vie, Benoîte Groult s’est présentée comme une femme de caractère, pleine d’enthousiasme et fidèle à ses idéaux. Son œuvre témoigne d’une énergie et d’un engagement pour de multiples causes qui resteront gravés dans le cœur de ses lecteurs.

Camille Launay

 

Commentaires :







Restons en contact !

Restons en contact !

Retrouvez le meilleur des dernières actualités, articles et interviews directement dans votre boîte mail ! 

Merci de votre inscription !