Fil d'actus
Accueil > Non classé > Le bookcrossing : le partage des livres

Le bookcrossing : le partage des livres

livre-troc

Dans L’Avalée des avalés, Réjean Ducharme écrit : « Lire un livre prêté lie. »  C’est la philosophie que semble prôner le site BookCrossing.com, qui permet aux lecteurs du monde entier de libérer des livres dans la nature et de pouvoir ainsi rencontrer d’autres passionnés.

La devise du site BookCrossing.com est sans équivoque : « des livres à lire, des gens à rencontrer ». Le bookcrossing est un phénomène de partage, une opportunité pour des lecteurs passionnés de vivre une expérience humaine et originale. Il est planétaire, puisque le site recense 877 068 inscrits de 213 pays (25.01.2016). L’idée de ce site est venue à l’Américain Ron Hornbaker en mars 2001. Il a été effectif à partir du 17 avril 2001, avec des débuts assez modestes, puisqu’il comptait en moyenne 100 nouveaux membres par mois. Il a fallu attendre un an pour que le site connaisse un gain de popularité : en effet, le Book Magazine a publié un article sur lui en mars 2002, mettant en lumière ce phénomène original et attirant ainsi l’attention de nombreux autres médias. Depuis, ce sont environ 300 personnes qui s’inscrivent chaque jour. Les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, le Canada, et l’Espagne sont les 5 pays comptabilisant le plus de membres, avec respectivement 352 254, 92 146, 75 271, 48 351 et 44 792 membres. La France est 8e, avec 24 897 membres (25.01.2016).

bookcrossing-lecthot

Libérer un livre dans la nature

Le principe est simple : il s’agit de « libérer » dans la nature un livre dont on ne ressent plus le besoin et de suivre son parcours à travers le monde en lisant les commentaires de ceux qu’il a touchés. Il faut passer par plusieurs étapes pour devenir un bookcrosseur : la première est l’inscription. Elle est gratuite, mais il existe une version payante pour ceux qui souhaitent quelques fonctionnalités supplémentaires. Il faut entrer son adresse e-mail, qui restera confidentielle, les conversations avec les autres membres se faisant à partir d’une messagerie privée incluse dans le site. Le futur membre doit aussi se choisir un nom d’utilisateur, qui l’identifiera auprès des autres inscrits. Après avoir validé son compte grâce à un lien envoyé par e-mail, la grande aventure peut commencer.

Il convient au nouveau bookcrosseur d’enregistrer en ligne le ou les livres qu’il souhaite libérer, qui peuvent appartenir à n’importe quel genre littéraire. Même si le livre est usé, il faut quand même qu’il soit lisible et complet (rien n’oblige d’ailleurs les bookcrosseurs à libérer un livre lu ; il peut donc tout à fait être neuf). Une fois l’enregistrement fait, le membre obtient un code BCID à coller ou inscrire sur la première page de l’ouvrage : c’est le numéro d’identification du livre, qui servira à suivre sa route sur le site. Le bookcrosseur a la possibilité soit de télécharger des étiquettes gratuitement sur le site et de les imprimer, soit d’en commander à partir de la collection d’Ex-Libris du site, soit d’en créer lui-même grâce au générateur d’Ex-Libris (elles comprennent le code BCID et stipulent que le livre a été relâché par un membre de BookCrossing.com).

Vient ensuite le moment de libérer le livre dans la nature. L’endroit où on le fait doit être mûrement réfléchi. Il vaut mieux que ce soit un lieu de passage, pour donner le plus de chances possibles à l’oisillon de trouver un nouveau nid. L’une des précautions à prendre est d’introduire le livre dans un sac en plastique à zip, pour le protéger contre les intempéries. La plupart du temps, les endroits les plus prisés pour libérer un livre sont les salles d’attente, les cabines téléphoniques, les cafés et les bancs publics. Une fois cela fait, le bookcrosseur peut indiquer sur le site qu’il a libéré un livre à tel endroit (c’est la « libération sauvage »), et ainsi lancer la chasse. Il n’est pas obligé de laisser son livre dans la nature, il peut choisir de l’offrir à quelqu’un en particulier, ce qu’on appelle la « libération contrôlée ».

Il arrive souvent que les membres décident de créer une « Zone de libération officielle BookCrossing », aussi appelée OBCZ. C’est une zone dans laquelle un certain nombre de livres sont libérés et attrapés. Ils peuvent aussi créer une « chaîne de livres » ou une « boîte à livres », un moyen de se passer des livres entre membres d’un groupe. Ils sont aussi nombreux à se constituer une liste de souhaits, sur laquelle ils font apparaître les titres qui leur font envie.

bookcrossingauto

Se rencontrer autour d’un livre

Une fois que le livre a été libéré, il ne reste plus qu’à attendre d’avoir de ses nouvelles, ce qui prend souvent des mois, voire des années. Parfois même, cela n’arrive jamais, étant donné que ce ne sont que 20% environ des livres libérés qui sont déclarés comme ayant été attrapés par d’autres membres. C’est pourquoi il vaut mieux en relâcher plusieurs, pour avoir plus de chances de recevoir une notification indiquant que l’ouvrage a été trouvé et qu’il a plu. Ainsi, certains membres sont très actifs sur le site : les trois membres ayant libéré le plus de livres sont countofmonte avec 80 036, pjlareau avec 38 424 et solittletime avec 35 411. Du côté des livres attrapés, les chiffres sont impressionnants eux aussi : Ghanescha en a attrapé 11 107, LyzzyBee 6 434 et Molyneux 6 295 (25.01.2016). Le livre ayant le plus voyagé à ce jour est intitulé Der seltsame Bücherfreund de Gerard Hoffnung. Il a été enregistré le 23 août 2003 par Wyando à Cologne (Allemagne) et a effectué 601 « rebonds ».

Le bookcrossing peut donner lieu à des rencontres, comme le souhaitait initialement le site. Ainsi, dans différents pays, des réunions appelées Assemblies of BookCrossers (ABC) sont organisées, généralement tous les mois, pour permettre à des passionnés de se retrouver et de partager leurs expériences et leurs lectures. En France ont parfois lieu des Méga BookCrossings : des lecteurs venus du monde entier passent une après-midi dans un parc, par exemple, pour libérer et attraper des livres. Ils peuvent aussi être de plus petite envergure : les 6 et 7 juin 2015 s’est déroulé à La Rochelle (Charente-Maritime) un Méga BookCrossing avec 25 participants venus de France et de Suisse, qui ont distribué dans la ville un total de 300 livres, entre deux repas conviviaux.

Devenir bookcrosseur

Pour être un bookcrosseur, nulle obligation de figurer sur la liste des membres du site BookCrossing.com : tout le monde peut être bookcrosseur, à partir du moment où il libère un livre dans l’optique de le partager avec quelqu’un d’autre. Ainsi, chaque bookcrosseur participe à cette action planétaire qui vise à faire du monde une bibliothèque. Le bookcrossing a donné lieu à des phénomènes similaires en France. Par exemple, à Nancy (Lorraine) en 2013 a été installé sur la Place Saint-Epvre un « arbre aux livres », un meuble vitré contenant des livres fournis par des bénévoles membres de l’atelier de vie de quartier Léopold-Ville-Vieille, de la MJC Lillebonne et de l’association Lecturique.  L’objectif était que la bibliothèque soit ensuite remplie par les passants. Chacun avait la possibilité de se servir à son bon-vouloir. Plus récemment, le 23 janvier 2016, une boîte à livres a été inaugurée à Soisy-sous-Montmorency (Val-d’Oise), place Henri-Sestre, par l’association Léa, dans laquelle tout le monde peut déposer le livre qu’il veut, permettant à un autre lecteur d’en profiter. C’est avant tout une action qui vise à créer des liens et à améliorer l’accès à la culture.

Alors si vous aussi vous avez des livres qui dorment sur vos étagères et dont vous ne vous servirez plus jamais, pourquoi ne pas les libérer, les laisser voyager et, qui sait, changer la vie.

Michelle Mbanzoulou

Commentaires :







Restons en contact !

Restons en contact !

Retrouvez le meilleur des dernières actualités, articles et interviews directement dans votre boîte mail ! 

Merci de votre inscription !