Fil d'actus
Accueil > Non classé > Cabu, « cancre malicieux »

Cabu, « cancre malicieux »

« (…) Une chevelure hirsute, d’étranges petites lunettes à monture d’acier, un accoutrement qui doit plus à la fantaisie personnelle qu’aux exigences de la mode, des yeux candides, un sourire de cancre malicieux, c’est le grand Duduche… et c’est aussi Cabu.»

Le Grand Duduche, préface de René Goscinny, Dargaud, 1979

cabu

Jean Cabut, dit Cabu, est un dessinateur et caricaturiste prolifique. Retour sur une carrière mouvementée.

Les débuts

Né le 13 janvier 1938 à Châlons-sur-Marne, Cabu se fait remarquer dès l’âge de quatorze ans pour ses dessins. Il gagne la première place au concours de son lycée, ce qui l’encourage à poursuivre dans le journal de l’établissement. Mais c’est deux ans plus tard que ses créations se feront une place dans le quotidien régional, l’Union de Reims.

Son arrivée à Paris, en 1954, lui fait découvrir sa seconde passion : le jazz. Tandis qu’il réalise des affiche pour l’agroalimentaire, il est aussi reporter musical et ira rencontrer Duke Ellington, Cab Calloway et d’autres grandes figures du jazz.

Mais la fièvre du crayon n’est jamais loin, et en 1956, il s’inscrit à l’école Estienne tout en s’adonnant aux croquis à l’Académie Julian. C’est Paris Match qui inaugurera sa carrière parisienne. Cabu a dix-neuf ans lorsque son premier dessin y est publié. Un partenariat qui l’accompagnera même durant la guerre d’Algérie, pour laquelle il est mobilisé en mars 1958. Pendant son service, il est affecté au journal militaire Bled et commencera à signer ses dessins de son nom de plume.

La caricature

Son retour du front, en 1960, signe sa rencontre avec la future équipe du journal satirique Hara-kiri. Il collabore ainsi avec Fred, Gégé, Wolinski… Lorsque l’hebdomadaire est interdit de publication, Cabu est repéré par René Goscinny et rejoint la rédaction de Pilote. C’est à cette occasion qu’il crée son personnage phare : le grand Duduche, ce lycéen à lunettes lymphatique et maladroit.

grand-duduche

L’autre création importante de Cabu est le personnage du Beauf. En parallèle, ses reportages et contributions journalistiques lui vaudront le Crayon d’or du dessin de la presse en 1969. Un an plus tard, il rejoint la rédaction du tout nouveau Charlie Hebdo. Le numéro de 1982 sera le dernier.

beauf-cabu

Dès lors, Cabu opère un court détour par la télévision où il dessine en direct aux côtés de Dorothée pour l’émission jeunesse Récré A2 et illustre les débats animés par Michel Polac.

Son succès le conduit à se tourner vers la caricature politique. Il décide donc de relancer Charlie Hebdo en 1992, accompagné de ses anciens collègues de la rédaction d’Hara-kiri. Un choix qui lui coûtera la vie le 7 janvier 2015.

Caroline Gnanapirakasam

Commentaires :







Restons en contact !

Restons en contact !

Retrouvez le meilleur des dernières actualités, articles et interviews directement dans votre boîte mail ! 

Merci de votre inscription !