Fil d'actus
Accueil > Non classé > Ces anti-héros que l’on adore détester

Ces anti-héros que l’on adore détester

Connaissez-vous ces personnages délicieusement détestables ? Sans eux, nos romans n’auraient pas là même saveur et les histoires perdraient de leur piquant. Personnages aux mœurs douteuses, manipulateurs, véritable sadiques ou simplement protagonistes à la personnalité agaçante, les héros (ou anti-héros) que l’on adore détester ne manquent pas !

Le Vicomte de Valmont dans Les Liaisons Dangereuses

Ce n’est pas parce que l’on a un physique avenant que l’on est assurément sympathique. Le Vicomte de Valmont, l’un des personnages les plus séduisants de la littérature, est aussi l’un des plus détestables.

Lettre à la marquise de Merteuil : « On s’ennuie de tout, mon Ange, c’est une loi de la nature ; ce n’est pas ma faute. Si donc je m’ennuie aujourd’hui d’une aventure qui m’a occupé entièrement depuis quatre mortels mois, ce n’est pas ma faute. […]. Aujourd’hui, une femme que j’aime éperdument exige que je te sacrifie. Ce n’est pas ma faute. » Assumer ses responsabilités et se comporter en homme. Charmant.

Dolorès Ombrage dans Harry Potter

S’il y a bien un personnage que l’on adore détester, c’est certainement Dolores Ombrage. Avant même Voldemort ou les Malefoy, c’est à elle que l’on pense en premier. Tout de rose vêtue, la vicieuse Dolores va prendre pendant quelque temps la direction de Poudlard, et en profiter pour torturer ses élèves. Adoratrice de chatons dont elle possède de nombreux portraits dans son bureau, Dolores Ombrage n’a pourtant rien d’un mignon petit félin. Elle tiendrait davantage de l’horrible crapaud.

Dorian Gray dans Le Portrait de Dorian Gray

Dorian Gray est beau, Dorian Gray est charmant, Dorian Gray est jeune, mais Dorian Gray est fou. Si nous ne jugeons pas son mode de vie hédoniste, il faut bien avouer que la quête des plaisirs sensoriels va le conduire tout droit à sa perte et le rendre de plus en plus cruel. Dorian va corrompre son âme, indifférent aux autres et aux conséquences de ses actes. Ce dangereux cheminement va finir par le mener à commettre le pire : le meurtre de l’un de ses amis.

Roméo dans Roméo et Juliette

« Roméo, pourquoi es-tu Roméo ? » Le héros romantique de la pièce de Shakespeare n’est pas celui qu’il prétend être. Si Roméo n’est pas fondamentalement méchant, on doit bien avouer qu’il nous agace un peu. Souvenez-vous bien, au début le jeune bellâtre est éperdument amoureux de Rosaline. Le cœur brisé par cette dernière, il ne lui faut pas longtemps pour oublier sa peine lorsqu’il aperçoit Juliette (qui est alors âgé de 13 ans, alors que lui en a 17). Cette pauvre jeune fille finira par mourir pour lui alors que ce dernier l’aurait surement oubliée aussi vite que cette chère Rosaline. Et puis, de toute façon, on ne peut pas s’empêcher de penser que tout est de sa faute. Voilà.

George Duroy dans Bel-Ami

Arrogant, hautain, manipulateur et orgueilleux, le héros de Maupassant a tout pour nous agacer ! Rien ne compte davantage que la réussite. Peu importe les moyens employés, le protagoniste fait preuve d’un égoïsme profond, et ne souhaite qu’une chose : réussir. Il traite les personnes qui l’entourent et particulièrement les femmes, sans aucun respect. Pourtant, il nous fascine, et on adore quand Maupassant se moque de lui et le tourne en ridicule. George Duroy ne recule devant aucun coup bas et nous, on le hait avec passion.

Emma Bovary dans Madame Bovary

Evidemment, le livre n’aurait jamais existé sans Emma Bovary. Personnage culte de la littérature française, si pour certains elle représente une héroïne forte et complexe, pour d’autres elle se résume en un mot : ennuyeuse. Emma, peu sensible aux souffrances des autres, ne pense qu’à son petit bonheur, sans se soucier de ceux qui l’aiment vraiment. Au bout d’un moment le lecteur n’a qu’une envie, intervenir dans le roman et lui crier : « Mais sois heureuse, bon sang ! ».

Daisy dans Gatsby le Magnifique

Daisy est l’un de ces personnages qui nous fait grincer des dents. Au lieu d’attendre le retour de Gatsby, son amour du luxe et de la richesse la pousse à privilégier la sécurité matérielle et se marier avec Tom Buchanan, un personnage absolument exécrable. Alors qu’on adore Gatsby, on a du mal à comprendre son attirance pour Daisy. Tout au long du roman, on déteste son incapacité à prendre de bonnes décisions.

Joffrey Baratheon dans Game of Thrones

Que celui qui n’a jamais eu envie de prendre ce garçon pourri-gâté et sadique par les oreilles pour le secouer un peu nous jette la première pierre. Barbare, vicieux et méchant, sa simple mention soulève en nous une montagne de haine. Mais on adore détester cette chère tête blonde car enfin, on est face à un personnage que l’on peut haïr sans remords, et sans réserve.

Fanny Kalinine

Commentaires :







Restons en contact !

Restons en contact !

Retrouvez le meilleur des dernières actualités, articles et interviews directement dans votre boîte mail ! 

Merci de votre inscription !