Fil d'actus
Accueil > Non classé > Ecrire des poèmes : démodé ?

Ecrire des poèmes : démodé ?

 

poesie-maitresse

On a tous des souvenirs de la douce époque du primaire, où on devait apprendre par cœur et à tout va du Jacques Prévert et des fables de La Fontaine. Que vous soyez traumatisés ou pas, vous devriez laisser une dernière chance à la poésie, et voici pourquoi.

« Maître Corbeau, sur un arbre perché,/ Tenait en son bec un fromage./ Maître Renard, par l’odeur alléché,/ Lui tint à peu près ce langage… » Si vous êtes en train de vous gratter vivement, ça veut sûrement dire que vous avez contracté une allergie à la poésie dans votre enfance. Et comment vous en vouloir ? Madame Dupont, avec ses grosses lunettes rondes, son chignon bas et son tailleur, avait quelque chose de rebutant, surtout quand elle vous faisait réciter des poèmes devant toute la classe, au tableau, et qu’elle vous transperçait de son regard haineux. Oui, c’est terrible, et c’est le genre de souvenirs qu’on ne souhaite même pas à son pire ennemi. Mais il faut vous reprendre, combattre cette allergie, parce qu’elle détruit votre vie. Pourquoi ? Parce qu’écrire des poèmes a encore ses avantages, même au XXIe siècle. Avant de vous donner les raisons pour lesquelles vous devriez vous laisser tenter, laissez-nous vous peindre un tableau de la poésie contemporaine :

La poésie aujourd’hui

Aujourd’hui, la poésie est devenue un genre complètement mineur, que le grand public ne maîtrise pas. Les subventions se font rares pour les revues et magazines spécialisés dans ce genre, qui a pourtant connu de très beaux jours avec ses Ronsard, ses Rimbaud, ses Baudelaire et autres Apollinaire. Le Nouveau Recueil, par exemple, a perdu sa version papier et n’est plus disponible que sur Internet. Même le Marché de la poésie, organisé chaque mois de juin à Paris sur la Place Saint-Sulpice, a interdit aux associations de poètes de demander un stand, qu’elles aient les moyens de se le payer ou pas, et ce depuis 2007. Il est plus rentable de n’accueillir que des éditeurs et quelques revues. La poésie aussi est un business… Et si on vous demandait de dépasser votre traumatisme et de citer un poète contemporain, y arriveriez-vous ? Si les noms d’Yves Bonnefoy, Ariane Dreyfus, Jacques Ancet ou encore Liliane Wouters vous viennent à l’esprit, vous avez gagné. Et qu’ont-ils écrit, ces amants des Muses ? Respectivement Les Planches courbes, Nous nous attendons : Reconnaissance à Gérard Schlosser, L’identité obscure etDerniers feux sur terre. Ce dernier recueil a d’ailleurs valu à son auteur de remporter le Prix Guillaume-Apollinaire en 2015. Un autre poète contemporain et apprécié se nomme Thomas Vinau, auteur de Juste après la pluie. Son recueil commence en ces termes : « Je défends une poésie sans chichis, une poésie du présent. » Et Thomas Vinau n’a que 37 ans. Comme quoi, la poésie peut aussi s’inscrire dans le XXIe siècle !
Et là, vous vous dites : « Bon, très bien, ils s’y sont mis et c’est tant mieux, mais pourquoi est-ce que moi je m’y mettrais ? » Pour 4 très bonnes raisons :

Pour séduire

On met l’argument suprême en premier, parce qu’on ne veut pas que vous partiez en courant avant d’avoir tout lu. Vous pensez peut-être que c’est démodé, mais, non, ça ne l’est pas. Si vous vous demandez encore pourquoi vous êtes toujours célibataire après avoir prospecté 500 sites de rencontres, 600 bars et 700 boîtes de nuit, le moment est venu d’ouvrir les yeux : c’est parce que vous n’êtes pas un poète. À votre avis, pourquoi Ronsard écrivait-il autant de poèmes sur l’amour ? Eh bien parce que c’était un tombeur, tout simplement ! Et vous pourriez l’être aussi, si enfin vous vous décidiez à prendre un stylo et à vous laisser inspirer par la nature et par Cupidon. Les belles rimes et les belles paroles, ça marche toujours. Une allitération par-ci, une assonance par-là, avec un petit compliment au passage, et vous serez au top, c’est promis.

Pour rêver

Vous avez besoin de prendre du recul sur votre quotidien, de sortir de la routine et de rêver. Parce que c’est beau, de rêver. Antoine de Saint-Exupéry avait donné un conseil à tous les hommes : « Fais de ta vie un rêve, et d’un rêve, une réalité. » Suivez son conseil. Rien de plus efficace que les mots pour aider à s’affranchir du train-train quotidien. Parce que pour essayer de composer des rimes qui tiennent la route, il faut quand même se concentrer suffisamment, se déconnectant complètement du reste. Par ailleurs, s’adonner à la poésie, c’est aussi s’affranchir des limites temporelles et spatiales : on peut écrire sur tout ce qui nous passe par la tête, inventer un monde féérique, grâce à cette musicalité propre au genre.

Pour se distinguer

On veut tous se distinguer des autres, ne pas se fondre dans la masse, être reconnu pour ses qualités exceptionnelles, parce qu’on le vaut bien. Vous pourriez faire comme certains et participer à une télé-réalité, ou vous lancer en politique, ou poster sur YouTube une vidéo enregistrée dans votre salon. Ça a marché pour certains, mais est-ce que ça marchera pour vous ? Pas si sûr. Alors au lieu de perdre son temps en paris hasardeux, autant prendre le chemin que personne n’emprunte, parce qu’alors la reconnaissance sera immédiate. Quand, lors d’un dîner professionnel, vous lancerez à la volée que vous écrivez des poèmes, vous passerez tout de suite du statut de vassal malléable à celui de pontife de la littérature. Sacrée promotion, non ?

Pour être une inspiration

Ça rejoint un peu le point précédent, sauf que cette fois c’est pour la bonne cause, et pas simplement pour des raisons purement égocentriques. Ecrire des poèmes, c’est aussi se poser en représentant de l’histoire littéraire et en défenseur de la langue. Car il n’y a rien de plus beau dans une langue que les sonorités qui la composent : en jouer habilement comme un musicien joue de la guitare ne vous rendra que plus incroyable aux yeux de la jeune génération, qui ne jure que par la musique. Car « le poète doit être un professeur d’espérance », selon Jean Giono. Si vous commencez par influencer quelqu’un de votre entourage en lui récitant vos œuvres d’exception, peut-être que cette personne ira en parler à d’autres, et ainsi de suite. Au final, un réseau de poètes se créera et le monde deviendra plus beau. Ne nous remerciez pas.

Michelle Mbanzoulou

Commentaires :







Restons en contact !

Restons en contact !

Retrouvez le meilleur des dernières actualités, articles et interviews directement dans votre boîte mail ! 

Merci de votre inscription !