Fil d'actus
Accueil > Non classé > La rentrée littéraire 2016 vue par les libraires

La rentrée littéraire 2016 vue par les libraires

(c) vidéo : Sofiane Ouanes

Lecthot est parti à la rencontre de plusieurs libraires de la capitale qui préparent la rentrée littéraire 2016. Ils nous livrent leurs coups de coeur, mais aussi leurs déceptions… Comment font-ils pour lire les quelques 560 titres attendus ? Que pensent-ils de cette nouvelle édition ? 

A la librairie du Canal, Aline et Sophie se partagent le butin : Gaudé pour toi, Mauvignier pour moi…Colette Kerber, sereine, avance dans les pavés de la rentrée. Ils sont bons, elle les lit jusqu’au bout, cela prend du temps.
Au Merle Moqueur, Julien évite de qualifier cette rentrée, il choisit de s’attarder sur quelques titres.

Des noms !

Laurent Mauvignier (Continuer, Les Editions de Minuit), pour les amateurs de Laurent Mauvignier. Laurent Gaudé, pour les amateurs de Laurent Gaudé (Ecoutez nos défaites, Actes Sud).

Car ces auteurs ont leurs lecteurs fidèles et cette année, ils semblent plutôt leur offrir du bel ouvrage.

Qui d’autre ?

Des surprises. Désorientale de Negar Djavadi (Liana Levi) est sur toutes les lèvres. L’autre qu’on adorait de Catherine Cusset (Gallimard) est caché sous la caisse de Colette Kerber (de la librairie Les cahiers de Coletteà portée de main donc pour les minutes creuses d’une journée bien remplie.

A l’unanimité

A la librairie du Canal, on est unanime sur L’archipel d’une autre vie, d’Andreï Makine (Seuil) : Aline qui va le lire et qui sait qu’elle va le dévorer s’enfuit lorsque Sophie commence à raconter l’histoire.

Les bottes suédoises d’Henning Mankell (après Les Chaussures italiennes, Seuil) font sourire de plaisir les deux libraires complices.

Marcher droit, tourner en rond d’Emmanuel Venet (Verdier) provoque l’enthousiasme général : « une comédie » dit Julien au Merle moqueur.

Le premier roman de Gilles Marchand, Une bouche sans personne (Aux Forges de Vulcain) séduit aussi, surprend.

Aux habitués qui s’emparent de Chanson douce de Leïla Slimani (Gallimard), Sophie demande : vous êtes mariés, vous avez des enfants, vous savez de quoi il s’agit ? Elle prévient, elle sait que son avis compte dans le quartier.

Perles discrètes

A la librairie Le Merle Moqueur, Julien met l’eau à la bouche lorsqu’il parle du premier roman d’Atticus Lish, Parmi les loups et les bandits (Buchet-Chastel) : un livre contemporain, hyperréaliste, urbain, une écriture énergique et cinématographique.

Le même homme cite La France comme ma poche de Willy von Beruf (mais tout le monde sait qu’il s’agit de Jean-Yves Cendrey, édition L’arbre vengeur) : avis à ceux que la France parsemée de ronds-points exaspère…

Sophie, à la librairie du Canal reste intarissable sur Brève histoire de sept meurtres de Marlon James (Albin Michel) : Bob Marley, la Jamaïque, les intrigues, les gangs, la CIA… Un pavé, une lecture fascinée.

Géraldine Ulmann

 

Commentaires :







Restons en contact !

Restons en contact !

Retrouvez le meilleur des dernières actualités, articles et interviews directement dans votre boîte mail ! 

Merci de votre inscription !