Fil d'actus
Accueil > Non classé > Prolongez vos vacances à Paris : les expositions culturelles de la rentrée

Prolongez vos vacances à Paris : les expositions culturelles de la rentrée

Le mois de septembre à Paris est l’occasion de prolonger un peu les vacances. Prenez une bonne paire de chaussures, ouvrez grand les yeux, et repartez en voyage, avec cette sélection d’expositions à ne surtout pas manquer ! 

La « Beat Generation », centre Pompidou

beat-generation-pompidou

Véritable tremblement culturel qui a agité les Etats-Unis des années 1940 aux années 1960, l’événement de la « Beat Generation » au Centre Pompidou est la première grande rétrospective menée en Europe sur ce mouvement littéraire et artistique né à New-York en 1943. Quelques 500 œuvres, dessins, films, coupures de presses, enregistrements de poèmes déclamés, entraînent le public sur les traces foisonnantes de Jack Kerouac, Allen Ginsberg, ou encore William Burroughs, tous trois à l’initiative de ce mouvement.  Rejetant les normes d’une Amérique puritaine et consommatrice à l’excès,  les trois poètes épris de liberté et de lumière vont imposer leur nouvelle vision de la poésie, faite de sensations, de quête du plaisir et d’ode à la vie de « hobbo », ce perpétuel vagabond qui se laissait porter au rythme des trains de marchandises.

Quand ? du 22 juin au 3 octobre 2016. De 11 à 21h, tous les jours, sauf le mardi.

« Le Miroir du désir », Musée Guimet

miroiressai2_affiche

À travers une promenade visuelle dans son très riche fonds d’estampes, le MNAAG aborde l’image contrastée de la femme dans l’estampe japonaise.
Si le terme même « d’estampe japonaise » fut synonyme d’images délicatement érotiques voire crûment pornographiques, on ne peut y réduire  l’image féminine telle que dépeinte par les plus grands noms de l’ukiyo-e (dont Suzuki Harunobu, Hosoda Eiri, Kitagawa Utamaro et Katsuchika Hokusai).
À l’occasion de cette exposition, le spectre d’œuvres présentées ira donc des courtisanes et de l’évocation du quartier de plaisir de Edo (Yoshiwara) aux shunga (estampes pornographiques) des 18e  et 19e siècles, des femmes devenues objet d’un désir parfois violent jusqu’à leur intimité retrouvée loin des hommes : se promenant en barque ou sous les arbres en fleurs, s’apprêtant au bain ou au sommeil.
De rares ensembles seront montrés à cette occasion dont le célèbre triptyque « Les pêcheuses d’abalones » d’Utamaro (vers 1797).

Quand ? du 6 Juillet au 10 0ctobre 2016. 10h-18h, fermé le mardi.

« Le Grand Orchestre des Animaux », Fondation Cartier

le-grand-orchestre-des-animaux-cartier

La Fondation Cartier pour l’art contemporain présente Le Grand Orchestre des Animaux, inspiré par l’œuvre de Bernie Krause, musicien et bioacousticien américain. L’exposition, qui réunit des artistes du monde entier, invite le public à s’immerger dans une méditation esthétique, à la fois sonore et visuelle, autour d’un monde animal de plus en plus menacé.

Quand ? Du 2 Juillet 2016 au 21 Janvier 2017, tous les jours sauf le lundi de 11 à 20h, mardi jusqu’à 22h.

Olafur Elliason, château de Versailles

olafur-elliason-chateau-versailles
(c) Lecthot

Né au Danemark en 1967, Olafur Eliasson jouit d’une reconnaissance internationale. Son travail sonde la perception,le mouvement, l’expérience physique, et le sentiment de soi. Il est surtout connu pour ses installations spectaculaires, comme la très populaire The weather project (2003) dans le « Turbine Hall » de la Tate Modern à Londres, a été vue par plus de deux millions de personnes, ou The New York City Waterfalls (2008), quatre grandes cascades artificielles installées sur les berges de Manhattan et Brooklyn. Cet été pour la première fois, Eliasson présentera 5 œuvres dans le Château et 3 dans les jardins de Versailles du 7 juin au 30 octobre 2016.

Quand ? Du 7 Juin au 30 Octobre 2016. Tous les jours, sauf le lundi, de 9h à 18h30

« Spectaculaire Second Empire », Musée d’Orsay

spectaculaire-empire-musee-d-orsay

Régime décrié en son temps et honni après sa chute, le Second Empire fut longtemps marqué du sceau décadent et superficiel de la « fête impériale ». Sur fond de bouleversements sociaux, cette époque de prospérité fut un temps de fastes et d’euphorie économique, d’ostentation et de célébrations multiples qu’il convient de réexaminer.
C’est également une période de crise morale et esthétique, écartelée entre les cadres culturels anciens et les nouveaux usages, entre l’hypertrophie des décors et la quête du vrai, autant d’oppositions qui déterminent pour une large part la création française des années 1850 et 1860.

Pour célébrer ses 30 ans à l’automne 2016, le musée d’Orsay se penche sur le Second Empire des spectacles et de la fête, et sur les différentes « scènes » où s’est inventée notre modernité. Le parcours thématique, où se côtoient peintures, sculptures, photographies, dessins d’architecture, objets d’art, et bijoux, brosse le portrait de cette époque foisonnante, brillante et riche en contradictions.

Quand ? Du 8 Septembre à fin Novembre 2016. Tous les jours sauf le lundi, de 9h30 à 18h.

« Ben », Musée Maillol

À l’occasion de sa réouverture en septembre 2016, le Musée Maillol présente la première exposition d’envergure à Paris consacrée à Ben, figure majeure de la scène artistique contemporaine en France. Rassemblant plus de 200 œuvres issues pour la plupart de sa collection personnelle et de collections particulières, cette rétrospective révèle les multiples facettes d’un artiste iconoclaste et provocateur qui récuse la pensée unique depuis plus de 50 ans.

Quand ? Du 14 Septembre 2016 au 15 Janvier 2017. Tous les jours de 10h30 à 18h30. Nocturne le vendredi jusqu’à 21h30.

Joan Sfar, Salvador Dali, « une seconde avant l’éveil », Espace Dali

une-seconde-avant-l-eveil-espace-dali

En 1939, Dalí publie une « Déclaration d’indépendance de l’imagination des droits de l’homme à sa propre folie », en réponse aux censeurs. Il emploie dès lors cette liberté d’expression en favorisant les associations d’idées et d’images spontanées qui donnent à ses oeuvres une incomparable puissance imaginative.

C’est à Joann Sfar, l’un des conteurs contemporains les plus talentueux, connu du grand public pour sa bande dessinée Le Chat du Rabbin et son film Gainsbourg Vie Héroïque, que l’Espace Dalí a donné carte blanche pour imaginer le scénario d’une rencontre artistique avec celui que Brassaï appelait « l’explorateur aussi hardi que lucide de l’irrationnel ».

Artiste formé aux Beaux-Arts de Paris, Joann Sfar, nous propose un chemin dessiné dans ce qu’il s’imagine être le cerveau de Dalí. Il encourage la perdition et l’égarement parmi les figures monstrueuses. Ce qui lui importe, c’est que l’exposition soit aussi excitante qu’un conte de fées.

L’exposition est une invitation au « voyage immobile » d’un peintre et de ses modèles évoluant entre rêve et réalité, au fil de l’écriture en dessin de Joann Sfar. Dans un décor enchanté par les sculptures et objets surréalistes de Dalí et les créations Haute Couture de Schiaparelli qui ont inspiré l’artiste, plus de 200 dessins originaux, croquis, esquisses sont à découvrir.

Quand ? Du 9 Septembre 2016 au 31 Mars 2017.

Magritte ou « la trahison des images »

magritte-ou-la-trahison-des-images

L’œuvre emblématique du peintre surréaliste René Magritte, «  La trahison des images »  donne le ton pour cette exposition majeure qui lui est consacrée. A travers elle, on peut relier toute l’œuvre de Magritte à cinq figures auxquelles l’artiste n’a eu de cesse de se référer dans son travail : le feu, l’ombre, les rideaux, les mots, et le corps fractionné.  Elles permettent ainsi d’apporter à ses œuvres cette oscillation troublante entre réalisme et onirisme, doutes et certitudes. Ceci n’est donc pas une exposition à rater !

Quand ? Du 21 Septembre 2016 au 23 Janvier 2017.  

Camille Allard

 

 

 

 

Commentaires :







Restons en contact !

Restons en contact !

Retrouvez le meilleur des dernières actualités, articles et interviews directement dans votre boîte mail ! 

Merci de votre inscription !