Fil d'actus
Accueil > Non classé > Tuto : bien présenter son manuscrit

Tuto : bien présenter son manuscrit

Bonjour petits écrivains, bienvenue dans le monde merveilleux de la typographie ! Vous avez rédigé un manuscrit et vous souhaitez l’envoyer à un éditeur (ou à Lecthot tant qu’à faire, on est là pour ça !) ? Halte-là, vérifiez bien qu’il respecte toutes les règles qui vont suivre !

tuto-ecrivain

Choisissez bien votre police

Privilégiez une police classique, qui soit lisible au premier coup d’œil. Il faut comprendre que la personne qui vous lira voit défiler des manuscrits toute la journée : si elle doit plisser les yeux ou buter sur certaines lettres trop stylisées, elle abandonnera vite. Il est donc inutile d’utiliser une typo gothique ou des pictogrammes martiens. Pensez plutôt à des polices du type Arial, Calibri, Cambria, Lucida… Pour la taille, elle oscille normalement entre 10 et 12 selon la police : à vous d’ajuster ! Ne cédez pas à l’envie d’être exotique en écrivant à l’encre violette ou bleu turquoise sur fond rose pastel. Dans le cas contraire vous vous ferez remarquer, c’est vrai, mais pas en bien : l’éditeur qui tombera sur votre chef-d’œuvre vous classera sur-le-champ parmi les individus nuisant à son intégrité physique et mentale. Pensez à leurs petits yeux fragiles, écrivez en noir sur fond blanc.

Justifiez votre texte

C’est mieux si vous souhaitez avoir du crédit. Attention : ici on n’est pas dans un exercice de maths, où « justifier » signifie « utiliser une formule longue et ennuyeuse pour prouver que ce maudit carré est bien un carré. Oui, oui, même si vous avez vérifié les coins avec votre équerre, ça ne compte pas ! Il faut tout justifier, touuut… ». Non, ici « justifier » signifie aligner les bords de votre texte afin de le rendre plus agréable visuellement. On retrouve en général cette option dans le coin « paragraphe » des logiciels de traitement de texte, accompagnée de sa fratrie : le centrage, l’alignement gauche et l’alignement droit. Sinon, le raccourci clavier correspondant à la justification est « Crtl+J ».

Faites des alinéas

A chaque début de paragraphe, ce léger retrait déclenché par la touche « Tab » du clavier fait toujours sympa. Exception faite du premier paragraphe de chaque page ou de celui suivant immédiatement une illustration qui interrompt le texte. Certes, c’est compliqué… C’est pour ça qu’au final, plus personne ne le fait. Mais vous, vous êtes différent : vous êtes l’élu, le rédempteur de la langue française qui redonne foi aux éditeurs ! Oh, et bien sûr faites des paragraphes, sinon vous ne pourrez pas faire les superbes alinéas qui vont avec…

Respectez la ponctuation

A priori, vous êtes au courant qu’une phrase commence par une majuscule et se termine par un point. Mais ce n’est pas tout, il faut aussi veiller à mettre toujours un espace avant les points d’exclamation et d’interrogation, un espace avant et après les deux-points et les points-virgules, ainsi qu’un espace après les points et les virgules. Virgules qui, au passage, doivent être placées de façon cohérente, en correspondant aux moments où le lecteur doit reprendre son souffle.

Les propositions entre parenthèses ne débutent pas par une majuscule lorsqu’elles sont intégrées dans une autre phrase (comme ici !), sauf si c’est une citation, histoire de ne pas charcuter les propos d’autrui. Toutefois il faut mettre une majuscule si la parenthèse est indépendante. (Comme là !) Comme vous avez pu le constater, la virgule sa place après la parenthèse et non avant. Ouf…

Virez-moi ces majuscules illégitimes

En parlant de majuscule : les jours de la semaine, les mois et les points cardinaux n’en prennent pas. Jamais. Si vous avez vu quelqu’un le faire, il avait tort. (Allez donc lui prêcher la bonne parole !) En outre, il faut mettre une majuscule si vous désignez une personne par sa nationalité (« Je m’adresse aux Français ! ») et s’en abstenir si cette nationalité est convertie en adjectif (« J’ai acheté de la crème anglaise »).

Faites attention aux titres

Les titres d’œuvres citées doivent toujours être indiqués en italique. Si vous souligniez les titres sur vos copies de bac, c’est parce que le système scolaire avait compris qu’écrire en biais à la main, c’était un peu galère. Quand on désigne un poème, une nouvelle ou un quelconque texte appartenant à un ensemble, on utilise les parenthèses (l’italique sera réservé au recueil de ce texte). Pour mettre en valeur vos propres titres à l’intérieur du texte, il est déconseillé de les écrire à la fois en gras et souligné. Parce que c’est moche. (Oui, cet argument est suffisant.) Il vous faudra donc choisir. Et choisissez bien, parce qu’ensuite il va falloir respecter cet engagement jusqu’au bout !

En conclusion 

En bref, un bon texte doit être tout beau tout propre, c’est-à-dire aéré et respectueux des règles fondamentales de la typographie, que nous vous conseillons de regarder en détail sur le lien précédent. Allié à un contenu bien ficelé, votre manuscrit optimisera ses chances d’être lu avec attention et de toucher le cœur d’un éditeur.

Camille Launay

Commentaires :







Restons en contact !

Restons en contact !

Retrouvez le meilleur des dernières actualités, articles et interviews directement dans votre boîte mail ! 

Merci de votre inscription !